feedback personnel.png
May 2, 2017

Le feedback personnel : pour un meilleur environnement de travail

La notion de feedback renvoie souvent à la technique, peut-être comme legs de la pensée cybernétique. Ainsi, elle est souvent mobilisée pour parler de code, d’interface ou encore de produit. Elle existe toutefois dans d’autres domaines, tel que celui de la psychologie. Il est tout aussi important de s’y attarder pour assurer la cohésion des équipes de travail et leur bon fonctionnement.

Le feedback est l’un des facteurs clés de l’adaptation au changement. Le cours des événements dépend d’une conduite initiale ou d’une performance. En retournant des informations sur celles-ci, il devient possible de les réguler de façon à atteindre des objectifs. Ainsi, le feedback a une fonction de renforçateur positif ou négatif. Le feedback positif permet de valoriser certains comportements, alors que le feedback négatif en remet d’autres en question. 

Selon une étude américaine, le 2/3 des employés aiment recevoir du feedback, même lorsqu’il est négatif. Il permet de mieux comprendre ce qui est attendu de nous et permet de miser sur nos forces, tout en travaillant nos faiblesses. Il semble toutefois que la réalité sur le terrain soit tout autre : le feedback personnel semble occuper une place très peu imprtante dans les divers environnements de travail. Voici donc quelques conseils pour mieux se livrer à cette pratique.

 

1. S’entraîner

Le fait de parler ouvertement des bons coups et des mauvais coups de nos collègues n’est pas forcément un exercice auquel nous nous livrons naturellement. Ainsi, il peut être utile, afin de s’entraîner à le faire, de créer un cadre propice aux échanges (lors d’une réunion spéciale, par exemple). Il est essentiel, avant de commencer, de rappeler que le feedback négatif n’est pas lié à la qualité de la performance générale d’un collègue, mais qu’il agit plutôt d’identifier une conduite problématique de façon constructive afin de l’améliorer.

 

2. Donner des pistes pour améliorer une conduite

Un feedback négatif devrait être suivi de recommandations ou alors d’exemples afin de pouvoir mettre en place des actions concrètes visant l’amélioration. Autrement, le feedback négatif a pour seul effet de laisser un collègue ou collaborateur amer et n’a pas de portée constructive.

 

3. Une question d’équilibre

Les feedbacks positifs et négatifs devraient être présents dans les mêmes proportions ou presque. Une trop grande quantité de feedbacks négatifs peut décourager nos pairs. Une trop grande quantité de feedbacks positifs, quant à elle, peut donner l’impression qu’il n’y a pas place à l’amélioration. Ainsi, il faut savoir trouver un équilibre entre les deux.

Avez-vous des trucs à partager avec nous pour instaurer un climat favorable au feedback ? 

Vous avez aimé cet article? Inscrivez-vous ici à l'infolettre pour ne rien manquer !

No comment

No comments

Comment